Accueil >>Découvrons la commune >>Histoire et patrimoine >>Comices agricoles

Comices agricoles

Origines des comices agricoles

Déjà, avant la Révolution française, il existait ce que l'on appelait des "Sociétés d'Agriculture, des Sciences, des Arts et Belles Lettres" qui permettaient aux plus érudits de se regrouper afin d'échanger et faire fructifier les idées. En 1784, un gros effort fut fait en faveur des paysans victimes des inondations et dans la société agreste, l'agriculture se retrouva pour
ainsi dire sur un piédestal. En 1788, on créa un grand prix dont le roi Louis XVI en personne en fit une remise officielle au lauréat. Ce fut à cette époque que s'organisèrent les premiers comices agricoles dans la généralité de Paris. La Révolution survint, les Comices agricoles furent supprimés en 1793, à cette époque où tout rassemblement, qu'il fût corporatiste ou non, pouvait apparaître comme suspect. Sous le Directoire, un homme s'attacha  particulièrement à l'avenir et au développement de l'agriculture en France. Il s'agit de François de Neufchâteau. Ce bourgeois à l'esprit novateur fit renaître les Sociétés  l'Agriculture de façon à ce qu’elles deviennent de réels moteurs d'innovations et de performances. Sous l'Empire, il eut plus besoin de fusils que de houes et les préoccupations de l'agriculture furent reléguées à des places subalternes. Autrement dit, Napoléon 1er fut plus préoccupé par ses campagnes que par la campagne. Malgré différentes directives de plusieurs ministres, qui voulaient démontrer l'utilité des concours qui étaient organisés
outre-manche, il fallut attendre 1830, sous le règne de Louis Philippe, pour voir apparaître un véritable tournant pour l'agriculture française. Dans ce contexte, les premiers "concours de charrues" furent organisés et les premières fermes modèles firent leur apparition.
Le 31 mai 1833, le règlement destiné à créer les comices agricoles fut promulgué. Il semble que le premier comice agricole qui eut lieu en France, fut organisé dans le département de la Nièvre. Il se serait déroulé à Clamecy le dimanche 1er septembre 1839.

Historique des comices dans le Haut Doubs

Les premiers écrits relatifs aux comices apparaissent dans le "Journal de Pontarlier" daté du dimanche 13 mai 1866. Dimanche 7 octobre 1866 un nouveau membre du bureau, pour le canton de Levier, Mr Jacquin, maire de Frasne, a été élu à la pluralité des voix des membres présents, comme remplaçant de Mr Barthe, maire de Sombacour, récemment décédé.

Quelques dates des comices dans le canton de Levier

1869 Frasne lundi 20 septembre
1870 comice ajourné (guerre 1870-1871)
1871 pas de comice
1875 Levier mercredi 15 septembre
1879 Levier mercredi 10 septembre
1883 Levier mercredi 5 septembre
1887 Frasne
1912 Levier
1913 Goux Les Usiers
1914-1918 pas de comices
1922 décision de faire un comice par canton
1922 Levier
1923 Frasne 17 septembre
1924 Sombacour lundi 22 septembre
1925 Villers sous Chalamont lundi 28 septembre
1926 Bians Les Usiers lundi 4 octobre
1927 Boujailles mardi 2 octobre
1928 Chapelle d'Huin lundi 17 septembre
1929 Levier
1930 Frasne
1931 Levier 26 septembre
1932 Arc sous Montenot jeudi 29 septembre
1933 Courvières
1934 Levier 17 septembre
1935 Villeneuve d'Amont mercredi 2 octobre
1936 Levier mercredi 7 octobre
1937 Epidémie de fièvre aphteuse

1938 supprimé "épidémie de fièvre aphteuse qui sévit dans la région"
1947 Les comices agricoles éteints depuis la guerre, veulent essayer de renaître
1947 Levier
1948 Bians Les Usiers lundi 20 septembre
1949 Dompierre samedi 24 septembre
1950 Villers s Chalamont samedi 16 septembre
1951 Evillers samedi 29 septembre
1952 pas de comice
1953 Courvières samedi 19 septembre
1954 Sombacour samedi 25 septembre
1955 Boujailles samedi 27 septembre
1956 Goux Les Usiers samedi 6 octobre
1958 Septfontaine samedi 27 septembre
1959 Frasne comice annulé fièvre aphteuse
1960 Frasne samedi 6 octobre
1961 Arc sous Montenot samedi 23 septembre
1962 Bulle 6 octobre
1967 Dompierre samedi 16 septembre
1972 Evillers
1974 Goux Les Usiers
1975 Septfontaine
1976 Frasne
1978 Bulle samedi 9 septembre
1995 Bulle samedi 23 septembre

Comice du 6 octobre 1962

C'est sous un soleil magnifique que Bulle accueillait son premier comice agricole du canton de Levier. Beaucoup de monde à cette belle manifestation qui regroupait 252 bovins au lieu dit "A la Miette" maintenant " Sur la Côte". On notait les présences de M. Pelletier de Frasne, président du comice; Perrot-Minot, secrétaire; Simon Carrez, secrétaire de la caisse du Crédit Agricole de Pontarlier et André Prêtre, instituteur itinérant agricole. En cours de matinée, le président de la société de fromagerie, entouré de ses amis, accueillait les personnalités : M. Martaguet, sous préfet, le sénateur Henriet, M. Reudet , Conseiller général du canton, Ernest Pelletier, président du comice et bien entendu, M. Robert Pontarlier, maire de la commune. Chacun put tout à loisir visiter la nouvelle fromagerie et même descendre dans les caves où M. Kuhny, industriel laitier, qui va acheter pendant un an la production de Bulle, M. Simon, gérant, et son adjoint, M. Bouther, donnaient d'utiles indications. Après cette matinée riche en discussions et en enseignements, tous les invités se réunissaient à la salle des fêtes où un délicieux repas préparé par M. Bernard Chauvin de Malbuisson, était servi. M. Pontarlier, maire de Bulle, nota tout l'honneur que sa commune a eu cette année : "Le Président de la République en juin et le Comice en octobre", puis s'est inquiété du prix du lait et de la menace de création d’un du camp militaire qui pèse sur
le canton. M. Ernest Pelletier le félicita pour l’organisation de cette journée et pour la belle réalisation que représente le chalet moderne inauguré le jour même. M. Reudet, Conseiller général, adressa des paroles élogieuses et amicales à la population de Bulle et à sa municipalité. La parole était ensuite donnée par M. le sous-préfet au président du Cercle des Jeunes Agriculteurs du canton, M. Chapuis. Celui-ci présenta le Cercle cantonal, né en novembre 1961, et en précisa les buts : formation des jeunes agriculteurs, faire prendre leurs responsabilités aux jeunes et assurer leur représentation dans les différents organismes touchant l'agriculture.

Comice du 9 septembre 1978

C'est sous la pluie qu'a eu lieu ce second comice, au lieu dit La Mouture. L'esprit de fête, comme les gens de Bulle savent le développer, fit oublier ce caprice météorologique.
"Vous avez donné une seconde jeunesse au comice" déclarait un fonctionnaire de la direction départementale de l'Agriculture. Ce fut effectivement à Bulle une vraie fête comiciale comme on n'en voit finalement guère, une fête où ne figuraient pas seulement les traditionnelles majorettes et la fanfare de service, mais une grande partie de la population dans une animation bien vivante. Le président Léon Richard déclarait : "Notre comice n'est jamais tombé dans le traditionalisme. Il est aujourd'hui une leçon de choses, un bain de ruralité pour ceux qui, autorité, administration, voient le monde agricole dans les livres et des statistiques". Leçon de choses qui fût prise sur le terrain entre les rangées d'animaux, pendant le défilé également. Le forgeron travailla devant les officiels une pièce en fer forgé, qu'il offrit à M. le sous-préfet Ambrosini qui venait pour la première fois à Bulle avant son départ du Haut Doubs. Après de nombreux discours et à l'issue du banquet, la conclusion était que « le comice avait été réussi. S'il avait fait beau, il aurait été un succès comme on n'en a jamais connu dans le canton. »

Comice du 23 septembre 1995

C'est sous un soleil magnifique que ce comice a eu lieu au même endroit que le précédent.
L'exposition comptait environ 550 bêtes, un record, dont unanimement on admira la qualité d'ensemble, ce qui contribua à un franc succès de ce troisième comice. "Au comice de Bulle, éclatait la bonne santé retrouvée de l'élevage dans le Haut Doubs" titrait le journal L'Est Républicain. L'agriculture du Haut Doubs se porte bien, qui, avec un prix du lait moyen de 2,30 Francs (0,35 euro), est près de 30% au-dessus de la moyenne nationale, le département venant en 3e position au niveau national. Les différents intervenants ont attiré l'attention des élus sur différents problèmes dont les principaux : Retards de subventions pour la mise aux normes en matière d'environnement, le loup dans le pays du comté qu'est l'arrivée du groupe alimentaire Besnier, favoriser la mise en place de jeunes agriculteurs,
mise en place de l'AOC. En conclusion de cette journée, Bulle était l'exemple de ce que peut être une ruralité vivante avec un comice qui était une vraie fête villageoise, grâce à l'animation des associations.